Section de Paris 19 è arrondissement

Section de Paris 19 è arrondissement
Accueil
 
 
 
 

Intervention relative à la prévention des conduites à risques et au développement d'une campagne contre la prostitution pendant l'Euro 2016

Madame la Maire, mes chers collègues,

Mon intervention sur cette délibération présentera en même temps nos vœux n° 39 et n° 40 : le premier relatif à la favorisation de la prévention des conduites à risques et le second relatif au développement d'une campagne contre la prostitution.
Comme l'ensemble de mes collègues, je me réjouis que la France soit le pays organisateur de l'Euro 2016. Je suis persuadée que les supporters, dans leur immense majorité, auront plaisir à découvrir notre pays et notre ville et je me félicite que Jean-François MARTINS ait, dès le début de nos échanges, accepté les propositions que nous lui avons faites, tant en matière d'animation autour de l'Euro que sur les questions de prévention, dont je vais tenter de vous dire l'intérêt.
Les grands rassemblements que sont les grandes manifestations sportives sont porteurs de joie collective et de comportements civils, mais nous ne pouvons ignorer qu'ils sont aussi parfois propices à des débordements qu’il nous faut maîtriser. Un vieil adage dit qu'il vaut mieux prévenir que guérir.
Il y a, tout d'abord, le phénomène du hooliganisme, qui est connu et en grande partie contrôlé par la coopération policière européenne. Mais il y a surtout des phénomènes d'alcoolisation massive, qui peuvent et doivent être prévenus par une action publique et associative qui informe et prévient les abus d'alcool ou de produits psychotropes.
Nous pensons qu'une présence dans la "fan-zone" d'associations ou de la Mission métropolitaine de prévention des conduites à risque serait une bonne chose. Il ne s'agit pas de contrecarrer les plaisirs liés à l'engouement pour les matchs mais bien de freiner les abus et les excès.
Notre démarche concernant la prostitution est la même : depuis la Coupe du monde en Allemagne et l'Euro qui s’est déroulé en Pologne et en Ukraine, bien que la situation des prostitués soit fort différente dans ces trois pays, nous avons assisté à un accroissement du phénomène prostitutionnel lié à ces grands rassemblements. Des "négriers" - faut-il les appeler autrement ? - organisaient des voyages pour que le nombre de prostitués augmente durant ces rassemblements. Il y a fort à penser que l’appât du gain encourage ces maffias à pratiquer de même sur le territoire national, à l'occasion de l'Euro 2016.
Depuis 2006, des associations féministes, des personnalités se sont émues de cette situation et se sont retrouvées dans l'appel "Acheter du sexe n'est pas un sport - non à l'organisation de la prostitution durant la Coupe du monde de football". Cette initiative de la coalition contre la traite des femmes se répète ainsi lors de chaque grande manifestation sportive.
Nous devons ici, à Paris, prendre les devants et faire que notre Euro soit, de ce point de vue, irréprochable. Je sais que, dans cette Assemblée, nous n'avons pas forcément, loin s'en faut, le même positionnement sur la question de la prostitution. Il ne s'agit pas de faire le débat parlementaire en lieu et place des représentantes et représentants de la Nation mais bien de tout faire pour que la traite des femmes et le tourisme sexuel n'aient pas leur place ici pendant cette compétition, comme je l'ai dit, propice à l’organisation de ce marché inhumain.
Je crois que ce n'est pas la prostituée ou le prostitué qu'il faut incriminer mais bien le client.
Nous avons un rôle particulier à jouer dans la prévention de ce phénomène et nous devons tout faire pour que notre Ville protège les femmes et les hommes de cette traite qui, si nous n'agissons pas dès maintenant, pourrait être une tâche sur l’organisation de la compétition.
J'appelle donc l'ensemble de mes collègues, quel que soit leur point de vue sur la prostitution en général, à nous rejoindre dans ce combat qui est tout à l'honneur de notre Conseil et de la Ville.
Merci.
 

Il y a actuellement 1 réactions

  • Pourquoi je sanctionne le PCF à toutes les prochaines élections?

    À toutes les prochaines élections je m’abstiendrai pour sanctionner le PCF (pour lequel je votais autrefois), car je ne partage pas l’avis de celui-ci en quoi que ce soit sur la prostitution et par contre partage bel et bien l’avis ci-dessous du Syndicat du travail Sexuel que je vous prie de lire à toutes fins utiles :

    APPEL À MANIFESTATION CONTRE LA PÉNALISATION DES PROSTITUÉES ET DE LEURS CLIENTS

    Les 30 et 31 mars prochains, le Sénat discutera la proposition de loi de « lutte contre le système prostitutionnel » déjà votée par l’Assemblée en décembre 2013. Si la commission spéciale du Sénat chargée d’examiner la loi avant sa discussion a retiré les articles 16 et 17 visant à pénaliser les clients de prostituées, cette mesure pourrait notamment revenir lors de la discussion via des amendements.

    Nous rappelons donc que toute mesure de pénalisation, directe ou indirecte, de l’exercice de la prostitution, ne fait que fragiliser les prostituées et n’apporte aucune réponse aux problèmes qu’elles peuvent rencontrer (précarité, exploitation, violences, traite). La pénalisation des clients est notamment dénoncée par l’ONUSIDA, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la Commission Nationale Consultative pour les Droits de l’Homme (CNCDH), et l’ensemble des organisations de prostituées, de santé communautaire avec les prostituées, ou de lutte contre le sida, parce qu’elle les isole, les précarise, accroit leur insécurité, et augmente les risques sanitaires auxquels elles et ils font face. Le débat sur la pénalisation des clients, de plus, détourne l’attention de ce qui devrait pourtant rassembler toutes les forces progressistes et féministes, à savoir aider les prostituées à améliorer leurs conditions de vie et de travail, impliquant la possibilité d’arrêter la prostitution pour celles et ceux qui le souhaitent.

    La vulnérabilité des prostituées aux violences et à l’exploitation ne sera pas combattue par des mesures punitives et policières, mais par des mesures sociales, lesquelles sont justement les grandes absentes de cette proposition de loi. Plutôt qu’un conditionnement des (maigres) aides sociales à l’arrêt de la prostitution, plutôt qu’un conditionnement de l’abrogation du délit de racolage à la pénalisation des clients, et plutôt que des titres de séjour précaires, nous défendons l’accès aux droits dans le respect du parcours et des décisions des personnes, des régularisations qui permettent l’accès à la justice pour les victimes de violences ou d’exploitation, et l’abrogation immédiate du délit de racolage et des arrêtés municipaux interdisant l’espace public aux prostituées.

    Nous appelons donc à manifester contre cette proposition de loi, contre la pénalisation des clients, et pour le respect des droits des prostituées.

    À PARIS : Samedi 28 mars, 14H à PIGALLE. À TOULOUSE : Vendredi 27 mars, 17H Place Belfort Premiers signataires : Acceptess-T, Act up-Sud Ouest, AIDES, Les Amis du Bus des Femmes, collectif 8 mars pour touTEs, Grisélidis, Riposte Radicale, STRASS-Syndicat du Travail Sexuel,

    Par Ex-PCF, le 10 March 2015 à 23:39.